fond
Le Phare
Pharenheit

GILLES BARON

La danse de Gilles Baron procède avant tout d’un engagement. Elle oeuvre pour une humanité rassemblée et solidaire. Après une formation de danseur classique, Gilles suit une carrière d’interprète chez de nombreux chorégraphes (Pierre Doussaint, Serge Ricci, Rainer Behr, Guilherme Botelho, Rui Horta, Emmanuelle Vo-Dinh…) et fonde sa compagnie, plateforme où se croisent danseurs, artistes de cirque, scénographes, vidéastes, architectes. Il nourrit alors une écriture singulière entre abstraction et narration.
En 2004, il met en scène Droit comme la pluie… spectacle où se mêlent cirque, danse et théâtre. En 2006, il crée Oozing tears en coproduction avec l’Agora de Boulazac, le TnBA et l’OARA. Ces collaborations avec le cirque le mènent en 2007 en Tunisie pour mettre en scène Halfaouîne pour le Cirque National de Tunis. En 2011, Gilles Baron s’engage dans une nouvelle création de cirque chorégraphié ; Animal Attraction interroge le corps vieillissant des artistes de cirques, qui étudie la transformation de leurs corps en lien à la pratique et la répétition de leurs numéros. En 2012 il questionne la notion de territoire et
écrit le solo Sunnyboom qu’il interprète en forêt. En 2013 il en propose une version intérieure présentée au Cuvier-Centre de Développement Chorégraphique de la Nouvelle-Aquitaine. Cette même année, il signe une convention de compagnonnage avec le Théâtre Olympia, Scène conventionnée pour la danse à Arcachon. Le projet qu’il développe alors s’articule autour d’un triptyque inspiré de la révolution terrestre, un soleil, une nuit, un autre
soleil. Chacun de ces soleils représente un genre et la nuit leur rencontre. En 2013 il créé Rois, spectacle pour huit danseurs et acrobates. En 2014 il propose La nuit entre deux soleils, duo pour un homme et une femme qu’il interprète également ; puis en 2016 Reines, une pièce pour sept danseuses et acrobates. Cette pièce vient clore ce triptyque original qui vient nourrir les autres projets de la compagnie.
Ce projet culturel est articulé autour de la création de spectacles et de projets participatifs pour les petits et pour les seniors. Les formes artistiques se répondent et s’enrichissent, les croisements se font entre les artistes des différents spectacles. Mauvais Sucre, dispositif chorégraphique transmissible, s’adresse à des enfants en classes de grande section de maternelle et de cours préparatoire et Senex…Zoé réunit sur le plateau des personnes âgées d’au moins 65 ans et des groupes de jeunes artistes en devenir ou amateurs. Une aventure humaine hors norme, dans un cadre qui bouscule les habitudes et
incite à sortir de sa « zone de confort ». Ces dispositifs se construisent depuis 2015, il existe déjà sept éditions de Mauvais Sucre et deux éditions de Senex…Zoé.