fond
Le Phare
Pharenheit

Le FRAC (Fonds Régional d’Art Contemporain) Normandie Rouen, expose une sélection d’œuvres vidéo issues de sa collection durant le festival Pharenheit. Cette programmation est proposée en résonance avec les représentations ayant lieu au Phare. Entrée libre en amont du spectacle.

JULIE TOCQUEVILLE — COUCHER DE SOLEIL, UCHRONIE

08.07, à partir de 18h30 — Le Phare, Le Havre
2016, collection FRAC Normandie Rouen

L’uchronie repose sur le principe de la réécriture de l’histoire à partir de la modification d’un élément du passé. Dans la vidéo de Julie Tocqueville, le soleil plutôt que d’amorcer une courbe jusqu’à son coucher, traverse l’image horizontalement suivant une ligne droite imaginaire. Le spectaculaire qu’on associe au coucher de soleil se dilue dans cette mobilité relative, tant elle relève de la lenteur, dans l’immuabilité de ce paysage urbain que ne vient animer aucun jeu de lumière. Cette nouvelle course du soleil bouscule les lois de la physique et intrigue sur l’évènement passé à l’origine de cette perturbation.

+
En résonance avec ABERRATION d’Emmanuel Eggermont

ADÉLA BABANOVÁ — RETURN TO ADRIAPORT

12.07, à partir de 18h30 — Le Phare, Le Havre
2013, collection FRAC Normandie Rouen

Entre documentaire et fiction, le film Return to Adriaport d’Adela Babanová explore des images d’archives sur une bande sonore qui relate la discussion entre deux protagonistes. L’un d’eux est le président communiste tchèque Gustáv Husák et l’autre un professeur émérite. Les deux hommes partagent le rêve de voyager jusqu’à la mer. Chez Babanová la métaphore du désir de liberté et de bonheur se fait dans une réalité socialiste bien sombre. Celle-ci apparaît non sans un humour léger et sous l’apparence première d’un montage d’images ébauchées.

+
En résonance avec CouRage de David Brandstätter / shifts art in movement

PIPILOTTI RIST — I WANT TO SEE HOW YOU SEE

15.07, à partir de 18h30 — Le Phare, Le Havre
2003, collection FRAC Normandie Rouen

Dans la vidéo I want to see how you see (je veux voir comment tu vois) Pipilotti Rist mêle et superpose des images de gros plans anatomiques à des scènes d’un monde environnant. L’univers très coloré, musical et singulier de l’artiste inspiré de l’esthétique des vidéoclips et de la pop culture des années 90, façonne ici un poème en mouvement où chaque continent est symbolisé par une partie du corps.

+
En résonance avec Glottis de Flora Détraz
Et Talking Dance de Valérie Castan et Diane Blondeau

>> Retrouvez cette œuvre vidéo du mardi 6 au samedi 17 juillet de 14h à 19h
à l’Artothèque de l’ESADHaR ! Fermé les dimanche 11 et lundi 12 juillet.

FRAC Normandie Rouen — Sotteville-lès-Rouen — fracnormandierouen.fr